Le thé en Europe

Le thé en Europe

Ce sont les Hollandais qui, en affaire avec les Chinois, ramenèrent les premières caisses de thé en Occident en 1606. Ils les auraient échangées contre des plants de sauge.

En un siècle, le thé, qui était une denrée très coûteuse, se répandit dans les salons européens de l'aristocratie qui raffolait de tout ce qui provenait d'Extrème-Orient.

En France, le cardinal Jules Mazarin, introduisit le breuvage à la cour du roi Louis XIV, dès son arrivée en 1639. Tous deux aimaient beaucoup le thé. A cette époque, il coutait très cher et était vendu exclusivement par les apothicaires. Seuls les bourgeois et les nobles avaient les moyens de s'en procurer. Parmi d'autres personnalités qui appréciaient grandement le thé, des noms tels que Madame de Sévigné, ou encore Racine apparaissent.

L'Angleterre connut le thé plus tardivement mais il devint très vite la boisson préférée et quasiment "national" des Anglais. Un proverbe anglais affirme que "les chemins du paradis passent par une théière". La première vente publique a lieu en 1658 dans un coffee house, celui de Thomas Garraway, Tom's shop.
La consommation de thé ne cessant de croître, les anglais s'organiseront afin de détenir le monopole des importations en Europe.

Parmi les nombreuses sociétés de thé qui furent créées et qui existent encore aujourd'hui, on peut citer celle de Thomas Lipton.
Aux dix-neuvième et vingtième siècles, l'engouement pour le thé allait se répandre dans toute l'Europe, avec toutes sortes de particularismes nationaux