La culture du thé

La culture du thé

Le théier est un arbuste à feuilles persistantes de la famille des Camellia sinensis (ou Thea sinensis). Il en existe une centaine de variétés à travers le monde. Ses feuilles sont longues de 3 à 20 centimètres. Son origine reste assez indéterminée, mais tout indique qu'il proviendrait soit du sud de la Chine, dans le Sichuan ou le Yunnan, soit d'une zone s'étendant du Nord-Laos à l'Assam, dans le nord-est de l'Inde.

Cet arbuste est cultivé dans des régions au climat chaud et humide, accompagné de pluies régulières. Il peut être cultivé en plaine, mais aussi jusqu'à 3000 mètres d'altitude. Les thés d'altitude sont souvent les meilleures.
A l'état sauvage, le théier peut atteindre parfois une trentaine de mètres de hauteur. Mais un théier destiné à donner du thé demande beaucoup de soins. Il subira de savantes opérations de taille, afin de lui donner un tronc important et de nombreuses ramifications. On va également chercher à amplifier sa forme évasée pour que les feuilles profitent au maximum de la lumière. Selon leurs implantations, ils sont taillés de 1 mètre à 1,50 mètre, afin de faciliter la cueillette. Les nouveaux théiers peuvent produire du thé dès l'âge de cinq ans.
Afin de renouveler la population de théiers producteurs, il existe des "nurseries", où sous de vastes serres, les graines et les jeunes plants font l'objet de soins attentifs et intensifs afin de les préparer au monde extérieur.

Les qualités d'un thé dépendent de son origine (climat, altitude, qualité du sol), des soins donnés à la plante (taille, engrais, traitements), du type de récolte (manuelle ou mécanisée), et de la production (séchage, fermentation, mélanges).

La cueillette commence au printemps dans tous les pays producteurs, dure environ huit mois et requiert de la dextérité, de la patience, de la délicatesse et un œil expérimenté. Ce travail est fait exclusivement par des femmes. Elle peut se faire manuellement ou mécaniquement. Tout dépend de l'endroit où se trouvent les théiers et des objectifs des planteurs.

    On distingue trois types de cueillette qui auront une incidence sur la qualité de la boisson :
  • la cueillette impériale où l'on récolte le bourgeon impérial, ou pekoe (duvet en chinois), et la première feuille terminale. C'est la cueillette la plus raffinée. Elle se faisait dit-on par de jeunes vierges gantées de blanc et munies de ciseaux d'or.
  • la cueillette fine, c'est la plus courante. On récolte le bourgeon terminal et les deux feuilles suivantes, les plus jeunes et les plus proches. Ce type de cueillette permet d'obtenir des thés de qualité.
  • la cueillette classique. On récolte le bourgeon terminal et les trois ou quatre feuilles suivantes.


Les feuilles sont ensuite acheminées rapidement à la manufacture, qui se trouve au centre de la plantation. Il est important de faire vite pour ne pas laisser le temps à la feuille de fermenter avant sa transformation.